SÉMINAIRES ET WEBINAIRES D'ÉQUIPE, DE FORMATION ET DE RECHERCHE

Ces séminaires de recherche sont organisés et animés par les chercheurs·euses et enseignant·es-chercheurs·euses de l'IREMAM. Les séminaires sont classés par date de première séance.

Julien-loiseau

Photo © Julien Loiseau

D’Alexandrie à l’Abyssinie : textes, images et objets entre l’Égypte copte et la Corne de l’Afrique chrétienne au Moyen Âge

Coordonné par Martina Ambu, doctorante, Paris 1 et Damien Labadie, chargé de recherche au CNRS (CIHAM).

Argumentaire

Ce séminaire, organisé dans le cadre du projet ERC COG HornEast, est consacré à l’étude de la circulation des textes, images et objets entre l’Égypte copte et la Corne de l’Afrique chrétienne (Nubie et Éthiopie) durant le Moyen Âge (VIIe-XVe s.). En prenant pour objets d’étude les productions littéraires, iconographiques et matérielles qui circulèrent et se diffusèrent entre les chrétiens d’Égypte, de Nubie et d’Éthiopie à l’époque médiévale, ce séminaire de recherche présente un triple objectif.

Premièrement, il s’agira de documenter la diversité et la richesse des transferts culturels et interactions intellectuelles entre l’Égypte et la Corne de l’Afrique, en soulignant la vitalité des échanges, notamment littéraires, des chrétientés nubienne et éthiopienne avec le monde copte durant tout le Moyen Âge. Deuxièmement, le séminaire tâchera de renouveler en profondeur la question des liens unissant le christianisme égyptien à celui de la Corne de l’Afrique ; alors que les études entrevoient traditionnellement les relations entre l’Égypte et la Corne de l’Afrique comme celui d’un simple rapport de subordination institutionnelle, le séminaire s’emploiera à étudier l’originalité et la singularité des créations littéraires et iconographiques des chrétiens nubiens et éthiopiens, qui recomposent et remanient des modèles égyptiens en vue d’élaborer des œuvres inédites. Enfin, troisièmement, il s’agira de comprendre comment, au prisme des supports littéraires et artistiques, les chrétientés égyptienne, nubienne et éthiopienne se forgent une identité nouvelle dans le contexte de l’avènement de l’islam. Devenant une religion minoritaire qui s’arabise progressivement, à travers quelles expressions littéraires et iconographiques le christianisme copte interagit-il dorénavant avec le christianisme de la Corne de l’Afrique, et de quelles manières ce dernier évolue-t-il et se distingue-t-il dans ce nouveau contexte politique, religieux et linguistique dans lequel vivent les chrétiens d’Égypte ? Ce séminaire s’efforcera ainsi de répondre à ces interrogations et explorer l’ensemble des problématiques précédemment exposées.

Ce séminaire mettra un accent tout particulier sur la question des productions textuelles et de leur circulation entre l’Égypte et la Corne de l’Afrique. On examinera les divers genres de texte (littéraires, normatifs, liturgiques, etc.), leur production, leur diffusion et leur usage, depuis l’Égypte jusqu’à la Nubie et l’Éthiopie. On s’intéressera tout particulièrement à la question des traductions, en vieux-nubien et en guèze, de textes grecs, coptes et arabes produits dans l’Égypte chrétienne. Un volet spécifique sur les enjeux liés au vaste mouvement de traductions de l’arabe en guèze, à partir du XIIIe siècle en Éthiopie, pourra être également ouvert. La connaissance de l’arabe par les lettrés éthiopiens, le rôle de la cour patriarcale ou encore l’activité des scriptoria monastiques représentent autant de pistes de recherche au sujet de la question des traductions en guèze de textes arabes chrétiens à l’époque médiévale. Inversement, les traductions du guèze en arabe, à l’instar de la Vie de Takla Hāymānot, ainsi que, plus largement, la circulation de textes guèzes en Égypte pourront faire l’objet d’examens plus approfondis. Outre ces problématiques d’histoire des pratiques de l’écrit, ce séminaire offrira un lieu de discussions sur des questions philologiques relatives à l’édition de textes guèzes et vieux-nubiens, notamment de textes traduits sur la base d’originaux arabes, coptes ou grecs.

Un autre pan du séminaire aura pour objet la circulation des images et des objets. Il s’agira d’examiner la diffusion de motifs iconographiques égyptiens et leur transposition en Nubie et en Éthiopie, à la fois dans l’art monumental, l’enluminure ou le textile. Un questionnement similaire pourra aussi s’ouvrir sur les objets, en particulier les objets à usage liturgique, et leur adaptation aux exigences cultuelles propres aux chrétiens de Nubie et d’Éthiopie. L’examen des documents archéologiques, joint à celui des sources textuelles et iconographiques, contribuera également à enrichir les discussions et éclairer les problématiques soulevées. L’objectif sera ainsi d’explorer les transformations et les traits spécifiques de l’art religieux nubien et éthiopien qui, réélaborant en partie des modèles d’origine copte, s’impose au Moyen Âge comme un des plus originaux du continent africain.

Ce séminaire constituera, au sein de l’IREMAM, un lieu d’échanges unique autour de la documentation textuelle et iconographique, et permettra ainsi de croiser les questionnements et les méthodes issus de différentes disciplines comme la philologie, l’histoire de l’art et l’anthropologie religieuse.

Les communications produites dans le cadre de ce séminaire seront publiées dans un volume collectif.

Calendrier 2020-2021

Mardi 21 janvier 2020, 14h, MMSH, salle André Raymond.
Martina Ambu, doctorante, Paris 1, « Circulation et vénération des saints : le cas de Taklâ Haymânût al-Habashî. »

Mardi 11 février 2020, 14h, MMSH, salle André Raymond.
Damien Labadie, post-doctorant du programme ERC HornEast, « Le mémoire apostolique copte et ses versions vieux-nubiennes. »

Mardi 16 février 2021, 14h-16h (heure de Paris), en visio Zoom.
Jan Dochhorn (Université de Durham), « Mashafa Malâekt, A Bêta Esrâêl Apocryphon: Manuscripts, Problems of Edition, Prehistory. »

Mardi 20 avril 2021, 10h-12h30 (heure de Paris), en visio Zoom.
Alexandros Tsakos, « Religious Literacy in Christian Nubia. »
Vincent van Gerven Oei, « Translation Traditions in Makuria. »

Mardi 1er juin 2021, 14h-17h30 (heure de Paris), en visio Zoom.
14h-14h45
Magdalena Wozniak, « Les relations entre Égypte et Nubie médiévale par le prisme des textiles : diplomatie, commerce, costume des élites »
14h45-15h : questions et discussion
15h-15h45
Nafisa Valieva, « Ascension of Lālibalā : textual analysis of the unedited part of the Life of Lālibalā »
15h45-16h : questions et discussion
16h-16h30 : pause
16h30-17h15
Daria Elagina, « Case Study of Knowledge Transmission: Translation of the Chronicle of John of Nikiu to Ethiopic »
17h15-17h30 : questions et discussion

Mardi 15 juin 2021, 10h30-12h (heure de Paris), en visio Zoom.
Artur Obłuski, "Next to the cradle or far away. What was the relation between Nubian and Egyptian monastic movements ?"

Ecole TAEZ, Ahmad Al-Bashad (AFP)

Photo : école Taez © Ahmad Al-Bashad (AFP)

Séminaire de recherche de l’axe « Politiques éducatives, pratiques pédagogiques et interactions sociales dans les sociétés musulmanes d’Europe et du monde arabe »

Responsables : Juliette Honvault et Christine Mussard / Contact : jhonvault@yahoo.fr ; christine.mussard@univ-amu.fr

Cette année, la thématique retenue est celle de « L’Ecole empêchée. Institution scolaire et autorités en contexte de crise, 19-21e siècles ».

Argumentaire

L’école, parce qu’elle se trouve à l’articulation entre le quotidien de familles et d’acteurs locaux et les intérêts des institutions étatiques ou communautaires dont elle relève, est à la fois un sanctuaire social et un outil actif de construction du politique. A ce titre, ses configurations scolaires et sociales sont multiples dans le temps et dans l’espace. Dans le monde arabe et depuis les entreprises coloniales du 19e siècle, elle est aussi plurielle que les contextes politiques qui l’encadrent. A cela s’ajoute que les guerres, les violences politiques et sociales, les famines et les épidémies, les aléas climatiques et économiques et les mouvements migratoires qui en ont résulté l’ont bousculée, parfois interrompue, souvent redéfinie. Ce séminaire part de l’hypothèse que les crises, sous toutes leurs formes, mettent en tension le lien entre les acteurs de l’école et les pouvoirs dont elle est l’émanation institutionnelle. Et c’est précisément ce qui le rend observable.

Les communications ici présentées viseront donc à interroger la façon dont les crises, leurs ressorts et leurs enjeux, se répercutent ou sont perçus parmi les acteurs de l’école, ce qu’elles révèlent des liens institutionnels qui la traversent, et, enfin, ce qu’elles fabriquent au sein de l’école en matière de rapports de force, de solidarités, de réajustement des autorités enchâssées des parents, des enseignants, des directeurs d’école ou des recteurs. A rebours de l’idée d’une école qui serait seulement abîmée par les situations de crise, il s’agit de comprendre les processus par lesquels celles-ci produisent d’autres manières d’investir l’école et conduisent à la transformer, voire à la réinventer.

Programme 2021

Pour assister aux séances, merci de contacter les organisatrices : Juliette Honvault et Christine Mussard ; jhonvault@yahoo.fr ; christine.mussard@univ-amu.fr

Vendredi 15 janvier 2021, 10h, MMSH, salle Duby et en ligne.
Séance introductive.

Vendredi 12 février 2021, 11h-13h, MMSH, salle Duby et en ligne.

Aude Signoles (MESOPHOLIS), « L’entrée des harkis à l’école ou comment dépasser la « guerre des mémoires » de la guerre d’Algérie : une expérience pilote en région PACA ».
Discutante : Juliette Honvault (IREMAM).

Vendredi 19 mars 2021, 11h-13h, MMSH, salle Duby et en ligne.

Charlotte Courreye (IHMC), « Enseigner l’arabe en Algérie colonisée : le projet politique des Oulémas ».
Discutante : Christine Mussard (IREMAM).

Vendredi 16 avril 2021, 11h-13h, en ligne.

Simone Spera (LESC), « Crises politiques et changements pédagogiques : les développements du secteur de l’éducation non formelle au Nord du Liban (2011-2020) ».
Discutante : Naima Bouras (CEDEJ).

Vendredi 23 avril 2021, 11h-13h, en ligne.

Chloé Pellegrini (IREMAM), « Enseignants d’écoles publiques dans le Maroc périphérique : rapports à l’Etat et aux programmes scolaires ».
Discutante : Françoise Lorcerie (IREMAM).

Vendredi 21 mai 2021, 11h-13h, en ligne.

Lamia Mellal (IREMAM), « Les écoles bilingues pour la paix en Israël : présentation du dispositif "Apprendre l’histoire de l’Autre" ».
Discutante : Chloé Pellegrini (IREMAM).

Vendredi 18 juin 2021, 11h-13h, MMSH, salle Germaine Tillion et à distance. 

Naima Bouras (CEDEJ), « Faire carrière dans les milieux de la prédication salafiste en Égypte : quelle place accorde-t-on aux femmes de la mouvance ? »
Discutante : Géraldine Jenvrin
Géraldine Jenvrin (EHESS), « Les études coraniques au Maroc depuis les attentats de 2003. Convergences entre étatisation, sécularisation et salafisation »
Discutante : Naima Bouras.

CREDITS-Iris-Seri-Hersch-Cafe-Bahri-500

Photo : café Bahri © Iris Seri-Hersch

Responsables : Norig Neveu et Amélie Chekroun
Les séances ont lieu un lundi par mois, de 13h30 à 15h30 à la MMSH, en salle A219.

Programme

Lundi 13 septembre 2021, 13h30-15h30 en présentiel, salle A219 et en visioconférence. 
Antoine Perrier, IREMAM, Histoire économique et sociale du Maroc contemporain : chantiers de recherche.

Lundi 11 octobre 2021, 13h30-15h30, MMSH, salle A219. Cette séance sera consacrée à l'accueil des nouveaux doctorants de l'équipe, inscrits depuis 2020. Quatre d'entre eux présenteront leur projet de thèse en une quinzaine de minutes : 

Mattéo Coq, "La construction étatique des Safavides à l’aune des conflits avec les Ottomans : les dynamiques qizīlbāš à la frontière ottomano-safavide (1469-1618)", sous la direction de Nicolas Michel et Homa Lessan-Pezechki

Yoan Parrot, "Gouverner les marges : innovations politiques et pratiques du pouvoir dans les confédérations turkmènes Qara Qoyunlu et Aq Qoyunlu (Anatolie orientale, Azerbaïdjan, Iraq, Iran, c. 1350-c. 1500)", sous la direction de Julien Loiseau

Jamela Ouahhou, "Esclaves et affranchis dans les discours et pratiques juridiques du Proche-Orient de l’époque mamelouke (XIV-XVe siècle)", sous la direction de Julien Loiseau.

Charlotte Gas, "La patrimonialisation de la vieille ville d'Hébron : monographie d'une coopération internationale en réseau et biographies d'acteurs culturels au Proche-Orient", sous la direction de Norig Neveu et Cyril Isnart (IDEMEC).

Lundi 8 novembre 2021, 13h30-15h30, MMSH, salle A219.
Anael Poussier, ATER AMU, doctorant Paris 1, IMAf/IREMAM, "Écrire une histoire sociale de la Mahdiyya au Soudan (1881-1898) : le cas des sources administratives du bayt al-māl de Tūkar".

Lundi 13 décembre 2021
Annalaura Turiano, IREMAM, « La fabrique de la bienfaisance : acteurs, pratiques et réseaux transnationaux 1880-1980 (Égypte, Syrie, Palestine). »

Hiba Abid, New York University, « La dévotion au Prophète Muḥammad au prisme des livres de piété dans le Maghreb prémoderne (XVIe-XIXe siècles). Matérialités, images, pratiques. »

Lundi 10 janvier 2022
Mélina Joyeux, TELEMMe, « Les écoles-ateliers des Sœurs blanches en Algérie et Tunisie coloniales (années 1870-1940).»

Sami Ouchane, IREMAM, « La politique de coopération éducative de la France au Liban (1946-1990). »

Lundi 7 février 2022 -  Avancée des recherches du projet HornEast
Julien Loiseau, AMU/IREMAM, Anna Lagaron, IREMAM/HornEast, et Amélie Chekroun, IREMAM, « Quelles sources pour écrire l’histoire de l’islam médiéval éthiopien, Xe-XIIIe siècle ? Présentation du corpus épigraphique des sites funéraires musulmans du sud est du Tigray. »

Simon Dorso, IREMAM / HornEast, « Archéologie de l’islam médiéval éthiopien (ou comment faire de l'histoire sans sources écrites).  »

Lundi 14 mars 2022 - Egylandscape
Nicolas Michel, IREMAM/AMU, avec (à confirmer) Ghislaine Alleaume, IREMAM, « Le projet ANR-DFG EGYLandscape : état d'avancement. »

Lundi 11 avril 2022 - Présentation des recherches de l’axe Éducation
Juliette Honvault, IREMAM, « Séminaire de l'axe Éducation de l'Iremam : synthèse et état des lieux. »
Christine Mussard, AMU/IREMAM, « La scolarisation des élèves algériens entre 1945 et 1962, état de la recherche. »

Lundi 9 mai 2022
Didier Guignard, IREMAM, « Une microhistoire de familles et de ferme coloniale en Algérie, XIXe-XXe siècle. »
Juliette Dumas, IREMAM, « Travaux en cours. »

Lundi 13 juin 2022 - Échanges diplomatiques en Méditerranée médiévale
Mohamed Ouerfelli, IREMAM/AMU, « Rencontres entre souverains musulmans et chrétiens : négociations et pratiques diplomatiques au Moyen Âge. »
Alessandro Rizzo, (FNRS, Université de Liège), « Le lexique de la diplomatie entre le sultanat mamelouk et les pouvoirs chrétiens. »

En savoir plus sur le pôle Histoire et islamologie : objets et pratiques 

Livres & MAM est un cycle d’entretiens organisé par l’IREMAM et la médiathèque de la MMSH avec les auteur·e·s d’ouvrages académiques récents sur les mondes arabes et musulmans. Les séances sont visibles sur la chaîne Youtube de l’IREMAM et réécoutables en podcast sur Anchor et les principales plateformes (SpotifyGoogle Podcasts, Apple Podcasts, Pocket CastsRadio Public et bientôt d’autres). Responsables : Thomas Pierret et Marine Poirier

Programme 2021 - 2022

Islam, réforme et colonisation en Algérie - Webinaire Livres & MAM avec Augustin Jomier 

MardI 14 septembre 2021, de 14h à 15h, en visioconférence, Livres & MAM accueillait Augustin Jomier (INALCO) pour évoquer Islam, réforme et colonisation. Une histoire de l'ibadisme en Algérie (1882-1962) (Editions de la Sorbonne, 2021). L’entretien était animé par Thomas Pierret

Comment écrire une histoire des temps coloniaux à partir de points de vue d'Algériens et comment penser le réformisme musulman, problème majeur de l'histoire contemporaine de l’islam ? C’est à ces deux questions connexes, aussi centrales qu’irrésolues, que s’attaque simultanément Augustin Jomier dans cette étude sur l’ibadisme contemporain. Ce livre retrace la trajectoire de la minorité des musulmans berbères et ibadites du Mzab, au nord du Sahara, depuis l’occupation de cette région par la France en 1882, jusqu’à l’indépendance de l’Algérie, en 1962. Il montre comment, face à la domination coloniale, des savants musulmans (les oulémas) s’emparent de l’idée de réforme en islam, pour en faire une arme de conquête du leadership et de reconfiguration de la religion et de la société locales. L’ouvrage est empruntable et consultable à la médiathèque de la MMSH (cote : 8-44584).

Lien vers l’évènement Facebook / L'entretien est disponible sur la chaîne YouTube de l'IREMAM et en podcast sur AnchorSpotify et Apple Podcast

Espaces inter-frontaliers au Moyen-Orient - Séminaire Livres & MAM avec Daniel Meier

Vendredi 22 octobre 2021, de 15h à 16h, à la médiathèque de la MMSH, en salle Michel Seurat et en visioconférence, Livres & MAM accueillait Daniel Meier (Sciences Po Grenoble, GSI/UNIGE - Genève), pour évoquer In-Between Border Spaces in the Levant (Routledge, 2020). L'entretien était animé par Cédric Parizot 

Cet ouvrage collectif porte sur les espaces interstitiels ou inter-frontaliers au Moyen-Orient à travers cinq études de cas : le Sinaï, le Liban, le Nord de l'Irak, les Territoires palestiniens occupés et Chypre. Il interroge la manière dont les acteurs vivant dans ces régions manifestent leur appartenance en dépit des contraintes apparentes de l'histoire et de la politique. Les contributeurs de l'ouvrage étudient ces zones inter-frontalières des points de vue de l'espace (territorial et symbolique), du pouvoir (des Etats et acteurs non étatiques) et de l'identité (définition de soi et de l'autre). Appréhendant les frontières comme des processus, ils renouvellent la compréhension de la souveraineté et de l'appartenance dans de telles zones interstitielles. L'ouvrage est empruntable et consultable à la médiathèque de la MMSH (côte : 8-44751).

Lien vers l’évènement Facebook / L'entretien est disponible sur la chaîne YouTube de l'IREMAM et en podcast sur Anchor, Spotify et Apple Podcast

Les mondes de la bienfaisance - Séminaire Livres & MAM avec Laura Ruiz de Elvira et Sahar Aurore Saeidnia

Mardi 23 novembre 2021, de 14h à 15h, à la médiathèque de la MMSH, en salle Seurat et en visioconférence, Livres & MAM accueillait Laura Ruiz de Elvira (IRD) et Sahar Aurore Saeidnia (ULB), pour évoquer Les mondes de la bien-faisance. Les pratiques du bien au prisme des sciences sociales (CNRS, 2020). L'entretien était animé par Norig Neveu.

Charité, philanthropie, solidarité, aide humanitaire, care… les pratiques du « bien » sont au cœur du fonctionnement de nos sociétés. Interdisciplinaire et comparatiste, cet ouvrage propose de les analyser dans leur pluralité et leurs diverses histoires politiques, sociales et religieuses, de la Judée antique à la France contemporaine, en passant par la Tunisie et l’Iran du xixe siècle. Il explore les mondes de la bien-faisance au prisme des représentations qui leur sont associées, de leurs fondements moraux, des formes organisationnelles qu’ils adoptent, mais aussi – et surtout – à partir des investissements concurrentiels du social qu’ils produisent. Ce faisant, il met en lumière le caractère construit, voire conflictuel, du partage des tâches et expose en quoi et comment celui-ci contribue au maintien de l’ordre social et de ses hiérarchies, ou bien à sa recomposition et à sa critique. L'ouvrage est consultable et empruntable à la médiathèque de la MMSH (cote : 8-44839).

Lien vers l'évènement Facebook

Islam et école en France - Séminaire Livres & MAM avec Samia Langar 

Vendredi 3 décembre 2021, de 14h à 15h, en visioconférence, Livres & MAM accueillait Samia Langar (ISPE/Université Lumière Lyon 2) pour évoquer Islam et école en France. Une enquête de terrain (Presses Universitaires de Lyon, 2021). L'entretien était animé par Françoise Lorcerie

Pourquoi et comment sommes-nous passés de la « Marche des Beurs » de 1983, revendiquant l’égalité et la pleine citoyenneté française, à un nouvel investissement de la religion musulmane qui, selon certains, frappe aux portes de l’école ? C’est ce processus complexe que Samia Langar analyse dans cet ouvrage. La chercheuse donne la parole aux premiers intéressés : les personnels de l’Éducation nationale et les parents de culture musulmane. Ces enfants souvent montrés du doigt sont des élèves comme les autres et, à ce titre, enseignants comme parents pensent d’abord à leur réussite scolaire. Ces enfants sont aussi les habitants de territoires enclavés de la banlieue lyonnaise, devenus leur seul refuge. Ces enfants sont enfin des Français que l’on qualifie encore, après quatre générations nées en France, comme étant « issus de l’immigration ».

Les questions d’intégration, d’identité et de laïcité traversent les échanges, et laissent clairement transparaître un déficit de reconnaissance. Quant au retour à la religion, il apparaît davantage comme un recours face au sentiment d’exclusion, et son expression est avant tout celle d’une aspiration intérieure et non d’une revendication collective. L'ouvrage est consultable et empruntable à la médiathèque de la MMSH (cote : 370 LAN).

Lien vers l'évènement Facebook

Syrie, une nouvelle ère des images - Séminaire Livres & MAM avec Cécile Boëx

Mardi 7 décembre 2021, de 13h30 à 14h30, à la médiathèque de la MMSH, en salle Michel Seurat et en visioconférence, Livres & MAM accueillait Cécile Boëx pour évoquer Syrie, une nouvelle ère des images. De la révolte au conflit transnational (CNRS, 2021). L'entretien était animé par Thomas Pierret

Depuis 2011, la révolte et le conflit en Syrie ont généré une masse considérable d’images produites par des manifestants, des activistes et des combattants. Disséminées sur Internet ou dans des cartes mémoires de téléphones portables, elles rendent compte de manières de documenter, de raconter et de vivre la protestation, l’engagement, la guerre et la violence extrême. Cet ouvrage explore ce vaste territoire d’images et de sons pour éclairer d’un nouveau jour ce conflit, ses acteurs, ses temporalités et les imaginaires qui s’y déploient. À partir d’enquêtes numériques mais aussi d’entretiens auprès de ceux qui ont filmé, il s’agit de saisir les multiples formes d’expression de la révolte et son basculement dans une guerre dont les enjeux dépassent les frontières syriennes. Au plus près de la fabrique, des usages et des grammaires de productions audiovisuelles issues de différents espaces du conflit, l’objectif est également de comprendre comment elles coexistent et s’affrontent. L'ouvrage est consultable et empruntable à la médiathèque de la MMSH (cote : SYR 070 BOE).

Lien vers l'évènement Facebook

Ethnographie filmée des musiciens du désert du Thar - Séminaire Livres & MAM avec Fabienne Le Houérou

Jeudi 27 janvier 2022, de 14h à 15h, à la médiathèque de la MMSH, en salle Michel Seurat et en visioconférence, Livres & MAM accueillera Fabienne Le Houérou pour évoquer Ethnographie filmée des musiciens du désert du Thar, poussière d’exils (L’Harmattan, 2021). L'entretien sera animé par Maya Ben Ayed

L'auteur s'appuie sur une heuristique des images et, en particulier, un long métrage : Princes et Vagabonds, afin d'élaborer une ethnographie filmée des musiciens itinérants dans le désert du Thar (Rajasthan, Inde). Par le prisme du film et des images animées, elle montre l'existence d'une poussière d'exils induite par le système des castes, les exils intérieurs, les exils sociaux, les exils religieux, les seuils/exils de ces musiciens qui tentent de se réinventer en migrant dans des ailleurs aux multiples ouvertures. Fabienne le Houérou s'attèle ainsi à saisir le caractère « rhizomorphe » d'une théorie des exils pluriels en insistant sur les correspondances entre exils forcés et volontaires. L'ouvrage est consultable et empruntable à la médiathèque de la MMSH (cote : 8-44843).

Beyrouth-2009-Myriam-catusse

Photo : Beyrouth 2009 © Myriam Catusse

Responsables : Thomas Pierret et Marine Poirier. Les séances ont lieu un vendredi de chaque mois de 14h à 16h et sont ouvertes à toutes et tous. Les personnes extérieures à la MMSH doivent être munies du pass sanitaire (les étudiants AMU ne sont pas concernés)

Programme 2021-2022

17 septembre 2021, 14h-15h30, MMSH, salle 101 et en visioconférence
Deniz Günce Demirhisar (Docteure en sociologie de l'EHESS et chercheuse invitée à l'IREMAM), « Turquie : la citoyenneté à l'épreuve de la mémoire du génocide arménien ». Lien vers l’évènement Facebook / Voir ou revoir la séance sur la chaîne YouTube de l'IREMAM

24 septembre 2021, 14h-15h30, MMSH, salle 6 et en visioconférence
Stéphane Beaud (Université de Poitiers), « Qu’apporte une monographie de famille à la sociologie d’enfants d’immigrés (en France) ? » Lien vers l'évènement Facebook

08 octobre 2021, 14h-15h30, MMSH, salle A 219 et en visioconférence
Belkacem Benzenine (CRASC, Oran), « Algérie 2019-2021 : brève histoire d’un mouvement contestataire. » Lien vers l'évènement Facebook

26 novembre 2021, 14h, MMSH, salle A219 et en visioconférence
Marine Poirier (IREMAM), « De la réserve au front. Observer les mobilisations des députés yéménites en exil ». Lien vers l'évènement Facebook

10 décembre 2021 - Mathilde Rouxel (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3-LIRA/DBU), « Femmes documentaristes arabes (1970-2020) : pour un internationalisme des luttes »

14 janvier 2022 - Kamel Chachoua, Fabienne Le Houérou et Sabine Partouche (IREMAM), « Les photographies d’Égypte de Fanny Colonna (1997-1999) »

28 janvier 2022 - Maya Ben Ayed, « Cinéma diasporique syrien. Le film d’animation comme film de témoignage »

11 février 2022 - Présentation des projets de recherche des membres de l’équipe

11 mars 2022 - Thomas Pierret (IREMAM), « État moderne et islam au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Trajectoires historiques et typologie »

08 avril 2022 - Théo Borel (Sciences Po Aix), « L’engagement francophone dans les forces armées sionistes et israéliennes depuis 1945 : histoire d’une infrastructure migratoire »

13 mai 2022 - Amel Boubakeur (EHESS), « Sociologie de l’islam politique en France » 

10 juin 2022 - Céline Lesourd (CNRS-Centre Norbert Elias)

En savoir plus sur le pôle Sciences sociales du contemporain 

logo-lipol

Photo : logo LiPol

Séminaire de l’IREMAM et du programme LiPoL ANR19-CE 27-0024

Organisé par Mohamed Bakhouch (Professeur émérite, IREMAM-AMU), Iyas Hassan (Professeur des universités, Sorbonne Université – Lettres) et Rosa Pennisi (Post-doctorante, IREMAM/CNRS).

Le séminaire « Littératures populaires arabes » prend appui sur le séminaire « Littérature orale » organisé à l’IREMAM dans le cadre du Master MAMHS. Il continue ainsi une tradition arabisante aixoise tout en s’articulant avec des travaux menés ailleurs, en France et dans le monde arabe, sur des thématiques proches. En effet, ce séminaire est désormais inscrit au programme ANR Littératures Populaires du Levant. Archiver, analyser et conter le Roman de Baybars au XXIe siècle (LiPoL, 2020-2024). Il porte le volet « formation à la recherche » de ce programme impliquant six institutions de recherches et s’adresse aussi bien aux étudiant·es aixois·es d’Aix-Marseille Université qu’à celles et ceux des autres institutions membres ou partenaires du programme.
Dans un format hybride, le séminaire abordera des questions disciplinaires et méthodologiques concernant la catégorie « littérature populaire » dans son interaction et ses chevauchements avec d’autres catégorie comme la littérature orale et la littérature dialectale, mais aussi avec la littérature savante. Sont ainsi attendues des réflexions aussi bien sur la prose que sur la poésie anciennes et modernes dans le but de révéler la richesse des perspectives ouvertes par ce champ et la complexité des outils qu’il convoque, issus aussi bien de la poétique que la narratologie, de la linguistique que de l’histoire ou de l’anthropologie.

Programme

Le séminaire sera hebdomadaire et aura lieu le jeudi de 13h30 à 15h30, à la MMSH, en salle A219 et en visioconférence (Lien Zoom). Inscription et contact : rosa.pennisi@hotmail.it Les personnes extérieures à la MMSH doivent être munies du pass sanitaire.

Jeudi 23 septembre 2021, Jihad Darwiche, « Le travail du conteur : comment rendre un récit "racontable". »

Jeudi 30 septembre 2021, Jaafar Ben El Haj Soulami (Université ‘Abd al-Malik as-Sa’di, Tétouan, Maroc), « La critique arabe médiévale et le concept du "adab al 'amma" : historique d'une réflexion. »

Jeudi 7 octobre 2021, Iyas Hassan (Université Sorbonne– Lettres), « Le compagnon Tamīm al-Dārī comme personnage de récit populaire. Présentation et commentaire d’une série de manuscrits arabes subsahariens. »

Jeudi 14 octobre 2021, Aboubakr Chraïbi (INALCO), Plutôt populaire, presque classique.

Jeudi 21 octobre 2021, Mohamed Bakhouch et Rosa Pennisi, Les différents aspects de la présence de la poésie dans la Sīrat Baybarṣ.

Jeudi 4 novembre 2021, Sarali Gintsburg (Université de Navarre (ICS) & Mike Baynham (Université de Leeds), “Qitran bladi” : hybridité et perméabilité linguistique et générique dans un vidéo de Hanane el-Fadili.

Jeudi 25 novembre 2021, Ibrahim Akel (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3), Les Mâjarâyât au 14e siècle.

Jeudi 2 décembre 2021, Georges Bohas (ENS de Lyon), L'érotisme dans le Roman de Baybars.

Jeudi 9 décembre 2021, Fatima Zahra Saleh (Université Sultan Moulay Slimane), La mise en scène orale des grands récits arabes : de la pratique des conteurs populaires au Maroc. 

Le-Caire-Julien-Loiseau

Photo : Le Caire, Khanqah Baybarsiyya (14e siècle) © Julien Loiseau

Organisateurs : Aurélia Dusserre, Julien Loiseau, Nicolas Michel, Mohamed Ouerfelli, Hayri Gökşin Özkoray et Camille Rhoné-Quer

Sauf mention contraire, les séances ont lieu le mercredi après-midi de 14h à 16h à la MMSH en salle Georges Duby. La séance du 23 mars 2022 aura lieu en salle Germaine Tillion.

Programme

29 septembre 2021 - Démographie 1
Nicolas Michel (AMU, IREMAM). Compter la population.

10 novembre 2021 - Démographie 2
Hayri Gökşin Özkoray (AMU, IREMAM). Pandémies, surmortalité, travail (XIVe-XIXe s.).

08 décembre 2021 - La pensée politique 1 - En visioconférence. Lien Zoom / ID de réunion : 955 9639 2248 / Code secret : 197360
Makram Abbès (CEFREPA, Koweït). Approches des traditions de la pensée politique à l’âge classique de l’Islam

19 janvier 2022 - La pensée politique 2
Anne-Laure Dupont (Université Paris-Sorbonne, Centre Roland Mousnier). La pensée politique islamique au temps des réformes du XIXe siècle

09 février 2022 - Autour de l’écrit 1
Frédéric Imbert (AMU, IREMAM). Itinéraire aux origines de l’écriture arabe (Ve-VIIIe siècle).

02 mars 2022 - Autour de l’écrit 2
Konrad Hirschler (Freie Universität Berlin). Writing and Literacy in the Medieval Islamic World.

23 mars 2022 - Marqueurs matériels de la culture islamique 1
Mohamed Ouerfelli (AMU, IREMAM). Marqueurs matériels de la culture islamique. Les marqueurs alimentaires.

13 avril 2022 - Marqueurs matériels de la culture islamique 2
Simon Dorso (projet ERC HornEast, IREMAM). Marqueurs matériels de la culture islamique. Les marqueurs archéologiques.

Organisé par Malika Assam et Mohamed Bakhouch

Programme

Jeudi 30 septembre 2021

10h-12h, MMSH, salle A219. Avec Stéphane Cermakian, Maître de Conférences AMU/IREMAM en études arméniennes qui présentera ses travaux sur la poétique de l'exil.

Jeudi 14 octobre 2021

10h-12h, MMSH, salle A219. Avec Cédric Parizot, anthropologue, chargé de recherche CNRS, Iremam qui interviendra sur : "Israéliens et Palestiniens : séparés mais connectés".

Résumé : dans cette présentation, j’effectuerai d’abord une lecture critique des travaux qui ont porté sur la mise en œuvre et les effets de la politique de séparation israélienne imposée aux Palestiniens de la Bande de Gaza et de Cisjordanie depuis le début des années 1990. Je montrerai ainsi combien ces recherches ont contribué à renforcer l’idée d’une séparation politique, culturelle et territoriale radicale entre ces deux populations. Même les recherches qui se sont focalisées sur la persistance de relations formelles et informelles entre Israéliens et Palestiniens au cours de ces années, tel que le projet MOFIP (mobilités, frontières et conflits dans les espaces israélo-palestiniens), ne semblent pas échapper à la règle.
Dans un deuxième temps, je proposerai une approche alternative. Laissant de côté les interactions et les échanges directes entre ces populations, je propose d’étudier des connexions d’un autre ordre qui, sans impliquer nécessairement de contiguïté spatiale et temporelle, articulent étroitement leurs trajectoires quotidiennes. Ce sont des relations de « correspondances » (Ingold) ou « d’émergences » (Kohn). L’étude de ces connexions indirectes entre les trajectoires de ces populations, nous amènent à envisager leurs relations d’une tout autre manière : non plus comme deux sociétés discrètement séparées l’une de l’autre, mais comme des modes d’existence enchevêtrés et consubstantiels. Les frontières entre leurs espaces de vie ne sont plus réduit à des délimitations territoriales, mais appréhendés à travers les modes d’articulations spécifiques de ces modes d’existence.

Lectures proposées :
Sur le régime d'occupation israélien :
Stéphanie Latte Abdallah ; Cédric Parizot, "De la séparation aux mobilités : changer de regard sur l’occupation israélienne en Palestine" In Israël/Palestine, l'illusion de la séparation, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2017. ISBN : 9791036542152. DOI : https://doi.org/10.4000/books.pup.7968.
Sur le concept de correspondance :
Givors, Martin, and Jacopo Rasmi. "Petite introduction à la lecture de Tim Ingold", Multitudes 3 (2017): 155-156.  Ingold, Timothy. Correspondences. Knowing from the inside. University of Aberdeen, 2017. PDF
Sur les manières d'aborder la notion de frontière :
Anne-Laure Amilhat Szary, Cedric Parizot, Corinne Fournier-Kiss, Patrick Suter. "Logique des frontières, poétique des frontières, antiAtlas des frontières" In Patrick Suter, Corinne Fournier Kiss. Poétique des frontières dans les littératures de langue française (XXe-XXIe siècles), Metrispresses, 2021 ⟨halshs-03101137⟩.

Jeudi 4 novembre 2021

10h-12h, MMSH, salle A219 et en visioconférence. Lien Zoom / ID de réunion : 980 1103 7937 / Code secret : 862257
Cette séance à deux voix aura pour thématique "l'honneur".

Avec Mohammed Bakhouch (PU émérite AMU) : "L'honneur dans la poésie arabe (VIe-VIIIe siècle)".
Résumé : La période qui court du VIe au VIIIe siècle est l’héritière d’une tradition poétique qui remonte à des temps immémoriaux et dont les influences perdureront au-delà de la période considérée.
Solidement ancrée dans la société, grâce à la transmission orale, cette tradition a façonné (d’aucuns diraient corseté) le poème arabe [la qaṣīda] sur le plan formel, comme elle l’a marqué de son empreinte sur les plans générique et thématique.
Du reste, la « formation » des poètes et leur statut vont grandement contribuer à la permanence de cette tradition et de ces influences.
L’une des conséquences de cet état des choses ne consiste pas seulement en la dimension archivistique de la poésie arabe (cf. al-šiʿr dīwān al-ʿArab) : généalogie ; histoire (les ayyām al-ʿArab ou batailles intertribales ; langue arabe), elle réside également dans le fait que cette poésie est le réceptacle d’une sagesse et de valeurs séculaires auxquelles adhère toute la société.
Notre exposé s’attachera à identifier ces valeurs, et à mettre en lumière leur rapport à l’honneur [ʿirḍ].

Et Brahim El Manouti (Doctorant AMU/IREMAM) : "Ethnographier le sentiment de l’honneur dans le Rif actuel, présentation d’un travail de recherche en cours".
Résumé : Je consacre mon intervention à la présentation de ma thèse dédiée à l’étude du sentiment de l’honneur dans la société berbère du Rif au Nord du Maroc à l’époque contemporaine.
Dans un premier temps, je donnerai un aperçu général sur les commentaires de l’ethnographie « coloniale » et les études ethnologiques présentant la société rifaine, à l’instar d’autres sociétés méditerranéennes, comme « une société d’honneur », autrement dit, une société dont la valeur de l’honneur constituerait l’élément prépondérant qui garantit la cohésion sociale et qui régit les rapports de pouvoir et de domination dans une société dite « traditionnelle ».
Je exposerai ensuite ma démarche qui consiste à étudier l’honneur dans la société rifaine contemporaine, une société travaillée, depuis le début du XXème siècle, par des transformations sociales, politiques et économiques engendrées, entre autres, par la colonisation, l’avènement de l’État et l’émigration.
 Enfin, et étant donné que l’objectif de ma démarche est d’appréhender les mutations dans les formes, les expressions et les manifestations d’une valeur muable et modulable selon les contextes, j’exposerai quelques exemples de récits et de témoignages, issus de mon corpus, illustrant comment l’honneur est réactivé, dépassé ou effacé, selon le besoin, dans la société du Rif. 

Bibliographie indicative :
Bourqia Rahma, « Valeurs et changement social au Maroc », Quaderns de la Mediterrània, Vol. 13, 2010, p. 105-15
Chachoua Kamel, « Nif (le point d’honneur masculin) », Encyclopédie berbère, Vol. 34, 2012, p. 5560-5566.
Fidiolini Vulca, « L’honneur, outil de la construction identitaire. Masculinités, sexualité et altérité », Realis, Vol. 4(1), 2014, p. 117-138.
Gelard Marie-Luce et Hélène Claudot-Hawad, « Honneur », Encyclopédie berbère, Vol. 23, 2000, p.3489-3503.
Jamous Raymond, Honneur et baraka : les structures sociales traditionnelles dans le Rif. Paris, La Maison des sciences de l’homme, 2002.
Pitt-Rivers Julian, Anthropologie de l’honneur. La mésaventure de shème. Paris, Le Sycomore, 1983

Jeudi 18 novembre 2021

10h-12h, MMSH, salle A219 et en visioconférence. Lien Zoom / ID de réunion : 976 5719 8467 / Code secret : 701019
Cette séance à deux voix aura pour thématique l'exil.

Avec Annamaria Bianco (doctorante IREMAM ; cotutelle AMU/Université de Naples « L’Orientale »), "De l’exil à l’asile : Poétique(s) de la réfugiance dans le roman arabe contemporain". Et Stéphane Cermakian (MCF AMU/IREMAM), "Poétique de l’exil : Friedrich Hölderlin, Arthur Rimbaud et Nigoghos Sarafian".

Annamaria Bianco
La migration s'impose comme l'un des thèmes centraux de la littérature arabe moderne et contemporaine. Néanmoins, depuis les toutes premières expériences de voyage des intellectuels de la Nahda et du Mahjar, des changements importants ont eu lieu tant dans les modalités de déplacement des individus que dans leurs représentations littéraires. Les approches critiques des textes ont aussi progressivement changé, en intégrant le spectre des Refugee Studies (Gallien 2018). Après la Nakba de 1948 et avec l'instauration de plusieurs régimes autoritaires dans les autres pays arabes, de nombreux intellectuels dissidents ont abandonné leur patrie et le thème de l'exil est devenu prépondérant dans la production littéraire de l’adab al-manfā, dominée par les notions de ġurba (étrangement) et iltizām (engagement). Toutefois, l’attachement nostalgique à la patrie et le panarabisme propres de l’époque ont été rapidement effacés par le choc de la défaite contre Israël de 1967. Depuis lors, une chaîne interrompue d’événements géopolitiques bouleversants s’est abattue sur le monde arabe, finissant par provoquer une véritable diaspora transnationale. Plusieurs auteur.e.s ont participé à cette migration de masse et/ou ont traduit cette expérience traumatisante dans leurs œuvres, contribuant à créer un nouveau corpus littéraire arabe, auquel Johanna B. Sellman (Sellman 2013) se réfère comme adab al-tahǧīr (littérature du déplacement forcé) et dont les protagonistes sont principalement des demandeurs d'asile ou des sans-papiers en fuite vers l'Europe. Certains critiques parlent même de la genèse d'une véritable littérature de l'asile (adab al-luǧū’), à partir de la date clé de la crise migratoire de 2015 (Ǧarmaqānī 2017). La présente intervention vise à élargir l'analyse de cette production, en mettant l'accent sur la fiction romanesque arabe parue dans les derniers dix ans, afin de retracer le développement de ce que nous allons définir comme une nouvelle « esthétique de la réfugiance », fondée sur le dépassement du paradigme classique de l'exil (Saïd 2008) et de ses représentations littéraires. Le noyau de cette théorisation réside dans la dichotomie ṣadma-malǧā’, où la recherche d’un « refuge » (Agier 2013) des traumatismes passés et présents émerge comme leitmotiv.

1. Romans (disponibles dans nos bibliothèques)
Yassin Hassan Rosa, Les gardiens de l’air, trad. de l'arabe par Emmanuel Varlet, Paris, Actes Sud/Sindbad, 2014 (or. Yāsīn  Ḥasan Rūzā, Ḥurrās al-hawāʼ, Beyrouth, Dār al-Kawkab, 2009). 

Barakat Hoda, Courrier de nuit, trad. de l’arabe par Philippe Vigreux, Arles, Actes Sud-Sindbad, 2018 (or. Barakāt Hudā, Barīd al-layl, Beyrouth, Dār al-adāb, 2018). 

2. Études (à retrouver en ligne)
Saïd Edward, Réflexions sur l'exil et autres essais, trad. de l'anglais par Charlotte Woillez, Arles, Actes Sud, 2008 (or. 2001).

Gallien Claire, "Forcing displacement: The postcolonial interventions of refugee literature and arts", Journal of Postcolonial WritingSpecial Issue on Refugee Literature, Vol. 54, 6, 2018, p. 735-750.

Ǧarmaqānī Rāmā, « Almānya… naḥw ḥāḍina li-adab al-luǧū’ », Qantara.de, 2/01/2017. بديلاً-عن-ترجمة-آدابهم , (une version en anglais est également disponible en changeant la langue du site internet).

Agier Michel, « Le campement urbain comme hétérotopie et comme refuge. Vers un paysage mondial des espaces précaires », Brésil(s), Vol. 3, 2013, p. 11-28.

Sellman, Johanna B. 2013. The Bio-Politics of Belonging: Europe in Post-Cold War Arabic Literature of Migration. PhD Thesis. Austin: The University of Texas.
NB : la sélection n'est pas la plus pertinente pour notre propos, mais comprend un certain nombre de titres facilement retrouvables en ligne, dans le but de permettre une approche préliminaire rapide des questions que nous aborderons plus en détail par la suite.

Stéphane Cermakian
Au fil des années, mes travaux sur l’exil ont convergé vers la recherche d’une langue propre à l’exil, dans une perspective transnationale et transhistorique, voire au-delà même d’une typologie réductrice qui enfermerait les expériences dans une unicité absolue. Hölderlin, Rimbaud, Sarafian : trois auteurs provenant d’aires culturelles et linguistiques très différentes et qui nous permettent d’examiner la création d’une langue exprimant une éprouvante expérience d’interculturalité. Hölderlin, à travers le jeune Grec Hypérion, s’exile dans un âge d’or depuis lequel il envisage l’Allemagne en devenir. Rimbaud, de son enfer esthétique, exprime l’exil intérieur ayant pour enjeu l’alchimie du verbe. Sarafian, Arménien rescapé d’un génocide, fait du bois de Vincennes un espace métaphorique intégrant les territoires effondrés. Dès lors, la poétique de l’exil interroge la possibilité d’une langue commune vers laquelle convergeraient les multiples expériences de l’exil géographique, linguistique et métaphysique. On pourra se pencher principalement sur l’œuvre de Sarafian, qui fait partie d’une aire linguistique que j’intègre particulièrement dans le cadre de mes recherches actuelles en études arméniennes, et qui s’étend sur un espace national et diasporique duquel émergent des problématiques spécifiques, constituant pour moi l’objet de continuelles hypothèses et interrogations.

Cermakian, Stéphane, Poétique de l’exilFriedrich Hölderlin, Arthur Rimbaud et Nigoghos Sarafian, Paris, Classiques Garnier, coll. « Littérature, histoire, politique », 2021.

Hölderlin, Friedrich, Hypérion, trad. Jean-Pierre Lefebvre, Paris, Flammarion, coll. « GF », 2005.

Sämtliche Werke und Briefe [Œuvres et correspondance complètes], éd. Jochen Schmidt, Frankfurt-am-Main, Deutscher Klassiker Verlag, 2005-2008, t. II (inclut Hypérion).

Rimbaud, Arthur, Une saison en enfer ; Œuvres complètes, éd. André Guyaux, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2009.

Sarafian, Nigoghos, Le Bois de Vincennes, trad. Anahide Drézian, Marseille, Parenthèses, coll. « Arménies », 1993.

Նիկողոս Սարաֆեան [Nigoghos Sarafian], Վէնսէնի անտառը [Le Bois de Vincennes], éd. Krikor Beledian, Paris, 1988.  

Prochaines séances

- Jeudi 2 décembre (Rosa Pennisi)
- Jeudi 16 décembre (Richard Jacquemond)

En savoir plus sur le pôle Langues, littérature, linguistique

Maghreb Amazigh aborde un espace maghrébin en mutation et en mouvement au prisme du paradigme berbère et par une réflexion critique de l’état des savoirs dans le champ des études berbères. Ce champ complexe connaît un profond renouvellement ; au-delà de la linguistique et de l’ethnologie, il s’ouvre lentement à d’autres disciplines (histoire, anthropologie, économie, sciences politiques…) et thématiques (mobilisations collectives ; citoyennetés locales ; gestion des ressources et environnement ; questions identitaires ; patrimoines matériels et immatériels…). Le projet propose de croiser les analyses issues de recherches empiriques et théoriques récentes, de les réinsérer dans la longue durée et de les aborder à de multiples échelles. Ce décloisonnement sera propice à la mise en évidence des dynamiques profondes qui traversent l’espace maghrébin et à l’éclairage des transformations structurelles qui animent les sociétés du sud de la Méditerranée. Outre le séminaire, deux ateliers de formation à la fois théoriques et pratiques seront proposés en 2022 : « Initiation aux tifinaghs et à l’esthétique berbère » ; « Initiation aux enjeux et aux sonorités de la langue berbère. »

Coordinatrices du projet Maghreb Amazigh, un projet de l’Institut Sociétés en Mutation en Méditerranée (SoMuM) : Malika Assam, IREMAM, Karima Dirèche, TELEMMe, Aude Signoles, Mesopholis. Carnet de recherche du projet Maghreb Amazigh

Programme

Mercredi 13 octobre 2021, 10h-12h, MMSH, salle Duby, Aix-en-Provence.

« Introduction au séminaire Maghreb Amazigh. Des études berbères aux études amazighes ? Histoire, cartographie et défis des études berbères. » Intervenants : Malika Assam, MCF AMU, IREMAM, Salem Chaker, PU émérite, AMU, IREMAM, Karima Dirèche, DR CNRS, TELEMMe. 

Mercredi 10 novembre 2021, 10h-12h, MMSH, salle Duby, Aix-en-Provence et en visioconférence. Lien Zoom / ID de réunion : 990 2204 4758 / Code secret : 866059

« Une langue berbère : réalité linguistique, fiction sociolinguistique ? » Intervenants : Salem Chaker, professeur émérite AMU, IREMAM et Amina Mettouchi, directrice d'études, EPHE, CNRS, LLACAN

Vendredi 10 décembre 2021, 10h-12h, MMSH, salle Duby, Aix-en-Provence et en visioconférence. Lien Zoom / ID de réunion : 998 2056 1113 / Code secret : 912796

« Les Empires berbères : constructions et déconstruction d’un objet historiographique. » Intervenant : Mehdi Ghouirgate, MCF HDR Université Bordeaux Montaigne. Discutant : Julien Loiseau, PU AMU/IREMAM.

Depuis les années 2010, les études relatives aux Berbères opèrent un tournant, en miltipliant les travaux qui montrent que les Berbères apparaissent comme des acteurs politiques majeurs de l’histoire de l’Afrique du Nord. Il n’en va pas de même de leurs langues. Tacitement, les historiens ont longtemps admis que les langues berbères avaient été confinées par l’arabisation au rôle de dialectes, réservés à l’oralité et dépourvus de prestige, face à un arabe conquérant qui occupait le champ de l’écrit et des fonctions de communication prestigieuses. Les témoignages allant à l’encontre de cette vision étaient traités comme des contre-exemples isolés, voire mythiques, peu à même de la contredire. En opposition à cette doxa, les études synchroniques sur les langues berbères ont connu récemment une certaine forme de renouveau. Néanmoins, des études publiées en anglais cherchent à remettre en question l’existence même des peuples berbères et de leurs langues. Cette démarche procède d’une volonté de déconstruire un objet historiographique. Le propos est ainsi de prendre le contrepied des avancées réalisées principalement par Gabriel Camps, Salem Chaker et Abdellah Bounfour autour de l’équipe de l’Encyclopédie berbère et de sa « ligne éditoriale ».

Mehdi Ghouirgate, historien arabisant et berbérisant, est chercheur à TELEM (Textes, Littératures : Ecritures et Modèles) est spécialiste du Maghreb et des Berbères à l’époque médiévale. Il est l’auteur ou co-auteur de plusieurs ouvrages sur l’histoire du Maghreb médiéval et l’histoire des pays d’Islam. Sa thèse, L’ordre almohade 1120-1269 : une nouvelle lecture anthropologique, publiée en 2014, a renouvelé l’approche de cette dynastie berbère. Elle a unifié politiquement et culturellement le Maghreb autour d’un projet inédit qui a croisé sémantique des sociétés maghrébines et berbères avec les références de l’imaginaire politique islamique.

Julien Loiseau, historien et arabisant, est enseignant chercheur à l’IREMAM. Ses travaux portent sur l’histoire du Caire et des villes du Proche-Orient médiéval, sur l’histoire sociale des élites du Proche-Orient médiéval et sur l’histoire de l’islamisation en Égypte et dans la Corne de l’Afrique. Il a publié entre autres Les Mamelouks (XIIIe-XVIe siècle). Une expérience politique dans l’Islam médiéval (Seuil, 2014). Il dirige actuellement le programme de recherche européen « HornEast. Horn & Crescent. Connections, Mobility and Exchange between the Horn of Africa and the Middle East in the Middle Ages »