YoanParrot

Yoan Parrot

Doctorant à l'IREMAM (Aix-Marseille Université)
ED 355 « Espaces, Cultures, Sociétés »
Thèse financée par un contrat doctoral du contingent classique de l’ED 355
Contact : yoan.parrot@etu.univ-amu.fr

Recherche

Discipline : Histoire
Terrain : Moyen-Orient, Asie centrale
Membre du Groupe d’études iraniennes de l’IREMAM
Et du pôle Histoire et islamologie : objets et pratiques
Sujet de thèse : « Gouverner les marges : innovations politiques et exercice du pouvoir dans les confédérations turkmènes Qara Qoyunlu et Aq Qoyunlu (Anatolie orientale, Azerbaïdjan, Iraq, Iran, C. 1350 – C. 1500) ». Direction : Julien Loiseau (AMU/IREMAM).
Résumé : les Qara Qoyunlu (confédération du Mouton noir) et Aq Qoyunlu (confédération du Mouton blanc) sont deux confédérations de tribus nomades turcophones qui pâturent en Anatolie orientale. Elles apparaissent dans les sources à partir du milieu du XIVe siècle, quand, suite à la désintégration des États mongols qui gouvernaient le monde persan, elles profitent du vide de pouvoir laissé dans l’Islam central pour mettre en place deux projets impériaux aux marges des grands empires sédentaires d’alors (Mamluks, Timourides puis Ottomans). Ces tentatives de constructions impériales majeures, qui ont concurrencé tous les empires adjacents au XVe siècle, finissent par s’écrouler brutalement à la fin du XVe siècle laissant le champ libre au développement des empires ottoman et safavide.
Cependant, cet échec final a rendu ces deux confédérations nomades assez marginales dans l’historiographie alors même qu’elles intéressent les historiens de l’art depuis les années 2010. Pourtant, ces deux confédérations ont mis au point dans leurs tentatives de construction impériale nomade des innovations politiques et idéologiques majeures qui leur ont survécu, notamment chez les Ottomans et les Safavides. Il s’agira donc dans cette thèse de rechercher pour quelles raisons ces deux échecs politiques se sont mus en réussites idéologiques de long terme. Ce projet est rendu possible grâce à une quantité et une variété de sources importantes (chroniques, firmans, lettres diplomatiques, rapports de renseignements, numismatique, archéologie, sources artistiques, traités philosophiques…) en persan principalement.
Il s’agira d’abord d’étudier les enjeux idéologiques qui sous-tendent ces deux constructions impériales nomades autour d’une tension primordiale : issues du milieu nomade marqué par l’exercice d’un pouvoir collectif, elles doivent s’appuyer sur une administration sédentaire marquée par l’idéologie royale persane pour gouverner des territoires sédentaires de longue date. Au-delà de l’aspect idéologique, il sera également question des pratiques du pouvoir et de leur adaptation en fonction des sujets gouvernés. En effet, les aspirations divergentes voire contradictoires des nomades et des sédentaires obligent les gouvernements nomades à négocier leur pouvoir à toutes les échelles (tribus, villes, empire) pour pouvoir former un grand empire stable et cohérent dans l’Islam central. Enfin, il s’agira de comprendre pourquoi ces innovations idéologiques et ces formes de pratiques du pouvoir ont échoué à stabiliser ces deux tentatives d’État impérial nomade.

Thèmes de recherche

- Histoire des confédérations turkmènes Qara Qoyunlu et Aq Qoyunlu aux XIVe et XVe siècles
- Histoire des empires nomades
- Histoire des pratiques du pouvoir dans l’Islam médiéval
- Histoire des idéologies dans l’Islam médiéval persan
- Histoire des relations entre nomades et sédentaires

Parcours académique

Depuis septembre 2021 : doctorant en Histoire (AMU/IREMAM).

2018-2019 : Master 2 MEEF d’histoire-géographie (non diplômant), École supérieure du professorat et de l’enseignement (ESPE) de Bretagne et Université Rennes 2, Rennes.

2018 : Agrégation d’histoire.

2015-2017 : Master Études médiévales (Ausonius/Université Bordeaux-Montaigne). Mémoire de recherche : « Le Prophète et les kisra-s : l’empire islamique et les royautés de culture persane dans l’Orient abbasside du Xe siècle » sous la direction de Yann Dejugnat, mention « Très Bien ».

2015 : Équivalences d’une licence de sciences humaines et sociales mention histoire de l’université Bordeaux-Montaigne.

2012-2015 : Classe préparatoire au concours de l’école nationale des Chartes section B, Lycée Michel de Montaigne, Bordeaux. Admissibilité en 2014, sous-admissibilité en 2015.

Enseignement

2019-2021 : Professeur d’histoire-géographie titulaire au lycée général et technologique Edmond Michelet d’Arpajon (Essonne).
2019-2020 : Formateur vacataire à l’agrégation interne d’histoire-géographie pour le programme d’histoire médiévale, Université Bordeaux-Montaigne.
2018-2019 : Professeur stagiaire d’histoire-géographie au lycée général François-René de Chateaubriand de Rennes (Ille-et-Vilaine).
2016 : Tutorat en histoire médiévale pour des étudiants de troisième année de licence, Université Bordeaux-Montaigne.

Communications

2016 : « C’était mieux avant ! Le sentiment de décadence et ses prolongements contemporains : l’exemple du monde musulman au Xe siècle. », Communication lors de la journée d’étude des étudiants du Master 2 SAMA Études médiévales, Université Bordeaux-Montaigne.

Langues

Français (langue maternelle), Anglais (lu, écrit, parlé), Espagnol (lu, écrit, parlé), Grec moderne (parlé, autodidacte), Arabe littéraire (en cours, niveau perfectionnement de l’INALCO), Persan (en cours, niveau continuant), Latin (lu).