Illustration Rouxel

Photo : L'heure de la libération a sonné © Heiny Srour (1974)

Femmes documentaristes arabes (1970-2020) - Séminaire avec Mathilde Rouxel

Séminaire de l’équipe Sciences sociales du contemporain

Responsables : Thomas Pierret et Marine Poirier

Vendredi 10 décembre 2021, 14h, le pôle Sciences sociales du contemporain de l'IREMAM accueille Mathilde Rouxel pour un intervention intitulée "Femmes documentaristes arabes (1970-2020) : pour un internationalisme des luttes".

En raison des nouvelles consignes sanitaires, la séance se tiendra exclusivement en visioconférence : lien Zoom / ID de réunion : 931 6970 9675 / Code secret : 537927

La défaite de 1967 a incité l’émergence d’une génération de femmes derrière les caméras. En Tunisie, en Égypte et au Liban d’abord, puis dans toute la région, les réalisatrices se multiplient tout au long des années 1970 et 1980 pour créer une autre image de la société dans laquelle elles vivent et évoluent. Les années 1970 sont aussi de grandes années de luttes de libération nationale. L’intervention que nous proposons s’intéresse au cinéma de ces premières documentaristes qui s’engagent par l’image dans la région pour documenter d’autres luttes que celles de leur pays d’origine, dans une dynamique nationaliste arabe ou internationaliste.
L’écrasement des luttes (exode des Palestiniens du Liban vers la Tunisie en 1982, enlisement du conflit dans le Sahara occidental, durcissement des régimes dans la région, etc.) a au fil des années atténué la création d’images de résistance. L’insistance des luttes a toutefois marqué les générations ultérieures. Nous interrogerons les nouvelles formes cinématographiques de l’engagement politique. Cet aller-retour du passé au présent nous permettra ainsi de mettre en dialogue deux générations et deux types de construction de documentaire engagé qui se font écho sans en être le miroir l’une de l’autre.

Mathilde Rouxel est docteure en histoire du cinéma de l’université Paris 3-Sorbonne Nouvelle avec une thèse intitulée : « Figures du peuple en lutte. Des pionnières du cinéma arabe aux réalisatrices postrévolutionnaires (Égypte, Tunisie, Liban, 1967-2020) ». Elle est l’auteure de la première monographie consacrée à la cinéaste libanaise Jocelyne Saab (Jocelyne Saab, la mémoire indomptée, Dar an-Nahar, Beyrouth, 2015). Elle est aujourd’hui chercheuse associée au LIRA (Sorbonne Nouvelle) et postdoctorante à la DBU de la Sorbonne Nouvelle où elle travaille sur un corpus de films pédagogiques réalisés durant la période coloniale dans les pays d’Afrique du Nord et subsaharienne.

Lien vers l'évènement Facebook
Consulter le programme complet du séminaire - 2021-2022