Patrick Mennucci en visite chez les Mourides à Marseille, 2014 @ Mouhamadou Mbacké Diouf

Patrick Mennucci en visite chez les Mourides à Marseille, 2014 @ Mouhamadou Mbacké Diouf

Circulations religieuses : le cas des Mourides en France - Séminaire avec Mouhamadou Mbacké Diouf

Mardi 27 septembre 2022, à 14h, à la MMSH (Aix-en-Provence) en salle André Raymond, le séminaire de recherche de l'équipe Sciences sociales du contemporain accueillera Mouhamadou Mbacké Diouf pour une intervention intitulée « Circulations religieuses : le cas des Mourides en France ».

La séance aura également lieu en visioconférence : lien Zoom

Le Mouridisme est une importante confrérie musulmane née au Sénégal, qui a pour ville sainte Touba, au centre du pays fondée à la fin du 19ème siècle par Cheikh Amadou Bamba. Ce dernier a été confronté à l'administration coloniale en raison de sa popularité grandissante sur la population sénégalaise. Il fut successivement déporté au Gabon (Afrique équatoriale) de 1895 à 1902, en Mauritanie de 1902 à 1907, puis retenu en résidence surveillée au Sénégal jusqu'à son décès en 1927.

La confrérie des Mourides est en expansion, elle semble même dominer la politique du Sénégal en raison de son influence sur le vote par le médium du Ndiguel (consigne) L'importance donnée au travail par le Mouridisme a permis à la confrérie de bien s'implanter économiquement en Afrique et également de bénéficier d'une large représentation dans les principales agglomérations en Europe et aux États-Unis. La diaspora mouride, très active au niveau financier, fait circuler des sommes importantes pour le développement de Touba la ville qui à bien des égards apparaît comme la capitale des Mourides.

Les Mourides à travers le maillage religieux des daïras (associations) en France, ont réussi à instaurer un Islam basé sur la paix, le dialogue, le respect et l’ouverture vers l’Autre. L’étude structurelle de ces daïras et leur fonctionnement en migration interroge, d’une part, la mixité entre profane et sacré et demeure un élément clef de compréhension des circulations des Mourides en France, d’autre part. Les études sur l’histoire du Mouridisme montrent que la non-violence est un concept clef du Mouridisme et qu’il s’agence avec les notions de Daara, Tarbiyya, le travail et la khidmat. Des notions qui ont permis aux Mourides de pouvoir traverser leurs frontières, avec une forme de sérénité, et d’être acceptés par les autres nations sans difficulté et faire de leur confrérie un mouvement sans frontières.

La diplomatie mouride jouée par les marabouts confrériques, dans leurs « visites » des associations mourides en France, dépasse le simple fait confrérique pour s’imposer, en contexte migratoire, en véritable politique d’apaisement social. D’un autre côté, comme tentent à le confirmer les autorités françaises, plus particulièrement à Marseille (et ailleurs), les acteurs politiques de la ville tentent de s’appuyer sur les structures mourides (Daïras) pour s’accorder leurs faveurs électorales.

Mouhamadou Mbacké Diouf est enseignant-chercheur à l’Université Gaston Berger de Saint Louis (Sénégal) et diplômé de l’IREMAM/Aix-Marseille Université.

Lien vers l'évènement Facebook / Consulter le programme complet du séminaire - 2022-2023