SÉMINAIRES & ATELIERS HORS LES MURS

Ces séminaires de recherche sont co-organisés et co-animés par les chercheurs·euses et enseignant·es-chercheurs·euses de l'IREMAM. Les séminaires sont classés par date de première séance.

Responsables : Claire Bosc-Tiessé (INHA), Amélie Chekroun (CNRS, IREMAM), Marie-Laure Derat (CNRS, Orient & Méditerranée), Anaïs Wion (CNRS, IMAF).

Périodicité : un mercredi par mois. De 15h à 18h d’octobre à janvier ; de 16h30 à 18h30 en février, mars, avril ; de 15h à 18h en mai et juin.

Ce séminaire teste et confronte hypothèses et méthodes pour montrer comment les sciences humaines écrivent aujourd’hui le passé de l’Afrique. L’objectif est de présenter et discuter les recherches en cours sur l’Afrique ancienne, entendue dans un sens très large de la préhistoire jusqu’au pré-contemporain, prenant en compte aussi bien les régions au sud du Sahara que celles qui sont au nord. Il s’agit non seulement d’établir une veille sur les tendances actuelles de la recherche mais surtout de voir comment celle-ci peut se faire en situation de pénurie documentaire dans une interdisciplinarité en acte. Ce séminaire permet aussi de mobiliser et rassembler les recherches sur l’Afrique pré-contemporaine pour créer un lieu d’échanges et dynamiser le champ.

Programme 2021

Au cours des trois séances de janvier à mars 2021, Anaïs Wion propose d’aborder trois notions liées dans l’historiographie éthiopienne. Il s’agit d’abord de la narration vétéro-testamentaire comme toile de fond du roman national et plus particulièrement d’aborder les dispositifs (textuels et rituels) de mise en œuvre et de reproduction de ce cadre culturel et normatif. Ensuite, nous aborderons la notion de memoria et son emploi dans le cadre éthiopien, en lien avec la pérennité des institutions de pouvoir, au niveau national mais surtout au niveau local. Enfin, nous conclurons ces trois séances par une étude des régimes d’historicité en envisageant d’autres façon de dire et de faire l’histoire que les deux précédemment analysés. La première séance aura lieu à l’INHA, rue Vivienne et les deux suivantes sur le campus Condorcet, bât. Recherche Sud, salle 0.031.

Mercredi 6 janvier, 15h-18h, en visioconférence. Anaïs Wion, « Mémoire, mythe et histoire : régimes d’historicité dans les sociétés éthiopiennes pré-contemporaines ».

Mercredi 3 février, 16h30-18h30, en visioconférence. Anaïs Wion, « Mémoire, mythe et histoire : régimes d’historicité dans les sociétés éthiopiennes pré-contemporaines ».

Mercredi 3 mars, 16h30-18h30, en visioconférence. Anaïs Wion, « Mémoire, mythe et histoire : régimes d’historicité dans les sociétés éthiopiennes pré-contemporaines ».

Mercredi 14 avril, 16h30-18h30, en visioconférence. Amélie Chekroun, « Les interactions locales et régionales des communautés musulmanes de la Corne de l’Afrique (XIIIe-XVIe s) ».

Mercredi 5 mai, 15h-18h, en visioconférence. « Diffusion et pratiques de lectures des livres de prières sur le Prophète en Afrique de l'Ouest ».

Mercredi 2 juin, 15h-18h en visioconférence. « L'islamisation du Sahel occidental hors du Sahel (1100-1517) : une nouvelle piste de recherche ? »

A retrouver sur le site de l’INHA

Organisé par Myriam Catusse (IREMAM), Thomas Glesener (TELEMMe) et Isabelle Grangaud (Centre Norbert Elias).

Ce séminaire questionne les possibilités d’une approche comparative de l’État en action, désencastrant la conceptualisation de celui-ci d’une genèse, d’attributs et de paradigmes modernes. Il s’agit d’envisager les rapprochements ou distinctions (de terrains, d’époques ou de débats disciplinaires) qu’une telle perspective autoriserait ; et de contribuer aux renouvellements de l’analyse des effets d’État dans le champ des pratiques sociales et politiques comme dans celui des sciences sociales mêmes.

Concept creux, disputé ou chargé de représentations, “l’État” est en effet l’un de ces rocs sur lesquels s’abîment bien des entreprises de sciences sociales comparées. Ceci est plus flagrant encore lorsque l’on s’aventure hors des sentiers battus de l’espace européen, parfois décrit comme “l’espace des États”, celui de la différenciation et de la spécialisation de rôles et d’institutions du politique propres aux sociétés “à histoire”. Dans les sociétés du Moyen-Orient et des mondes musulmans, les débats privilégient un grand partage entre sociétés d’anciens régimes et contemporaines, d’ancien régime ou sans État. D’aucuns envisagent désormais les sociétés du Maghreb et surtout du Moyen-Orient, comme un observatoire privilégié de la “fin des États” - et notamment des “funérailles des États nations” : pas seulement du point de vue des relations internationales, mais aussi du point de vue des sciences sociales. Notre propos est tout autre que d’envisager la fin ou l’abandon, ou l’ellipse ou le retour des États. En proposant une réflexion “sans l’ombre de la modernité”, nous souhaitons au contraire instruire une réflexion exploratoire et originale sur la question de l’État en affichant une triple ambition :

- un exercice interdisciplinaire, et dans la longue durée, qui questionne, avec les outils de nos disciplines respectives, les identifications, configurations et contextes d’inscription de l’État dans des dispositifs pratiques, mais encore comme objet des sciences sociales,

- une tentative d’échapper à la tentation téléologique qui tend à accompagner la problématique de la formation de l’État pour s’émanciper d’une perspective normative prompte à considérer le principe d’États faillis ou inachevés, en préférant analyser ce que des pratiques en différentes époques et lieux signalent et instituent en fait d’État et en termes “d’effets d’État”,

- une attention aux lignes de fuite que ces confrontations exonérées de l’éclairage moderniste permettent de considérer.

Ce séminaire articule une collaboration souple de l’IREMAM (UMR 7310), le Centre Norbert Elias (UMR 8562) et TELEMMe (UMR 7303). Nous avons prévu de l’organiser à tour de rôle à la MMSH et à la Vieille Charité. Nous assurerons la formule d’un webinaire complémentaire.

Calendrier des séances

Vendredi 15 janvier 2021, 14h-16h, Centre Norbert Elias.

Introduction : Myriam Catusse, Thomas Glesener et Isabelle Grangaud.

Vendredi 5 février 2021, 14h-16h, en visio Zoom.

Thomas Pierret, IREMAM : « Succès et échecs de la construction étatique moderne au Moyen-Orient : perspectives institutionnalistes historiques ».
Lecture : Thomas Pierret, Syrie : État sans nation ou nation sans État ? In Anna Bozzo et Pierre-Jean Luizard (dir.), Vers un nouveau Moyen-Orient ? États arabes en crise entre logiques de division et société civile, Roma Tre-Press, 2016 : 179-192.

Vendredi 12 mars 2021, 14h-16h, en visio Zoom.

Élise Massicard, CNRS-CERI : « Formations non bureaucratiques d’Etat ».
Lecture : Benjamin Gourisse, 2014, « Ordonner et transiger. L’action publique au concret en Turquie et dans l’Empire ottoman », in Marc Aymes, Benjamin Gourisse et Élise Massicard (dir.), L’art de l’Etat. Arrangements de l’action publique en Turquie de la fin de l’Empire ottoman à nos jours, Paris, Karthala, coll. Meydan.
Lien pour télécharger le document

Jeudi 1er avril 2021, 14h-16h, en visio Zoom.

Norig Neveu, IREMAM : «La gestion des biens waqf-s comme observatoire d’un “faire État” ottoman puis transjordanien?»
Lecture : Clayer, Nathalie. « 5. Un laiklik imposé ou négocié ? L’administration de l’enseignement de l’islam dans la Turquie du parti unique », Marc Aymes éd., L'art de l'État en Turquie. Arrangements de l'action publique de la fin de l'Empire ottoman à nos jours. Karthala, 2013, pp. 103-125.

Vendredi 23 avril 2021, 14h-16h, en visio Zoom.

Myriam Catusse, IREMAM : “(Social) States make wars, Wars make (social) States ?”
Lecture : Tilly, Charles. (1975). « War Making and State Making as Organized Crime ». Dans P. Evans, D. Rueschemeyer, & T. Skocpol, Bringing the State Back In. New-York: Cambridge University Press, 169-187.

Jeudi 27 mai 2021, 14h-16h, en visio Zoom.

Isabelle Grangaud, Centre Norbert Elias  :« Quand le Bayt al-mâl fait famille. Administration des successions vacantes à Alger et ses environs à l’époque ottomane ».
Lecture : « Où s’arrête la famille ? Successions, droits d’appartenance et Bayt al-mâl à Alger à l’époque ottomane », L’Atelier du Centre de recherches historiques 22 | 2020.

Vendredi 11 juin 2021, 14h-16h, Centre Norbert Elias.

Thomas Glesener, TELEMMe : « Penser l’universel avec un porc. Batailles pour l’hégémonie dans un village espagnol d’Ancien Régime ».
Lecture : Thomas Glesener, « Le commun peut-il tenir dans un porc ? Conflits ordinaires autour de la propriété des biens des âmes en Espagne au XVIIIe siècle », Politix, 119 (3), 2017, p. 53-78.

Jeudi 17 juin 2021, synthèse en interne.

Photo © Fonds Désiré Sic, militaire français au Maroc entre 1912 et 1933.

Photo © Fonds Désiré Sic, militaire français au Maroc entre 1912 et 1933.

Co-organisé par :
Analyse comparée des pouvoirs (ACP, Marne-la-Vallée).
Archives nationales d’outre-mer (ANOM, Aix).
Centre d'Études de l'Inde et de l'Asie du Sud (CEIAS, Paris).
Institut des mondes africains (IMAf, Aix).
Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (IREMAM, Aix).
Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA, Lyon).

Séances le lundi, 10h-12h. Archives nationales d’outre-mer, 29 chemin du Moulin de Testas, Aix-en-Provence.

Présentation de l’atelier

Bien qu’elles ne soient pas toujours revendiquées ainsi, les « études coloniales » forment un champ particulièrement dynamique et foisonnant. La définition et la place du « colonial » ne cessent d’être discutées et débattues, en histoire comme dans d’autres sciences sociales. Parallèlement, pour approfondir et dépasser cet horizon, les axes de recherche privilégiés se spécialisent de plus en plus, en formant de nouveaux sous-champs qui associent, par exemple, le fait colonial à l’histoire du droit, aux études de genre, aux services techniques de l’État, à l’environnement, etc. Aussi nous paraît-il utile d’en proposer régulièrement un état des lieux, d’exposer certaines des pistes empruntées dans les recherches en cours. Cet atelier est ouvert à tous les chercheurs intéressés, en particulier à ceux de passage aux Archives nationales d’outre-mer (ANOM) où se tiendront les séances. Il prendra la forme d’interventions d’historiens, d’anthropologues ou de sociologues, sur la base de lectures proposées en amont d’archives ou d’écrits scientifiques (parus / en cours de rédaction). La discussion sera privilégiée dans un second temps. 

Contacts pour le lien zoom et le partage des extraits à lire notamment :
Didier Guignard (IREMAM, Aix), didier.guignard@univ-amu.fr
Thierry Guillopé (ACP, Marne-la-Vallée), thierry.guillope@gmail.com
Julie Marquet (CEIAS, ULCO Dunkerque), julie.marquet7@gmail.com
Antonin Plarier (LARHRA, Lyon 3), antonin.plarier@gmail.com
Florence Renucci (IMAf, Aix), florence.renucci@univ-amu.fr

Calendrier des séances 2021-2022

Lundi 13 septembre 2021, 10h-12h, en ligne.
Séance animée par Annick Lacroix (Université de Nanterre) sur le thème : « Inspecter le travail dans l’Algérie colonisée (1909-1962) : étudier un corps de contrôle pour dévoiler les facettes du salariat ».
Lecture proposée en amont : précisée ultérieurement.
 
Lundi 11 octobre 2021, 10h-12h, MMSH, salle A219 et en ligne.
Séance animée par Vanessa Caru (CEIAS, Paris) sur le thème : « Mobilités sociales et élites techniques sous domination coloniale : une enquête sur les ingénieurs indiens des travaux publics (1860-1960) ».
Lecture proposée en amont : précisée ultérieurement.
 
Lundi 8 novembre 2021, 10h-12h.
Séance animée par Pierre Schill (CRISES, Montpellier) sur le thème : « Vivre, dire et montrer la pendaison publique de 14 bédouins lors de la guerre entre l’Italie et l’Empire ottoman (Tripoli de Barbarie, 6 décembre 1911). Événement historique, événement intérieur, hier et aujourd'hui ».
Lecture proposée en amont : précisée ultérieurement.
 
Lundi 13 décembre 2021, 10h-12h.
Séance animée par Grégory Valdespino (Université de Chicago) sur le thème : « "Views of this Cosmopolitan Camp" : Dwelling and Displacement among France’s West African Soldiers in World War I ».
Lecture proposée en amont : précisée ultérieurement.
 
Lundi 10 janvier 2022, 10h-12h.
Séance animée par Bérengère Piret (Université Saint-Louis, Bruxelles) sur le thème : « Le Congo belge en procès. Les sources judiciaires pour combler les lacunes des archives coloniales » [titre provisoire].
Lecture proposée en amont : précisée ultérieurement.
 
Lundi 14 février 2022, 10h-12h.
Séance animée par Julie Marquet (CEIAS, ULCO Dunkerque) sur le thème : « Quelles catégories pour quelles populations ? Classements coloniaux dans les Établissements français de l’Inde au XIXe siècle ».
Lecture proposée en amont : précisée ultérieurement.
 
Lundi 14 mars 2022, 10h-12h.
Séance animée par Iris Seri-Hersch (Université d’Aix-Marseille) sur le thème : « Succession d'empires, microhistoire et marginalité sociospatiale : Kabâra, Palestine/Israël, XIXe-XXIe siècles ».
Lecture proposée en amont : précisée ultérieurement.
 
Lundi 11 avril 2022, 10h-12h.
Séance animée par Fanny Malègue (CENA, Paris) sur le thème : « Les recensements du premier empire colonial français (Antilles, 1763-1804) ».
Lecture proposée en amont : précisée ultérieurement.
 
Lundi 9 mai 2022, 10h-12h.
Séance animée par Souad Tires (Université de Sidi bel Abbes) sur le thème : « L’histoire de la ville de Sidi bel Abbes d’après l’ouvrage de Redouane Tabet Ainad, Histoire de l’Algérie. Sidi bel Abbes, de la colonisation à la guerre de libération en Zone 5, Wilaya 5 (1830-1962), Alger, Enag éditions, 2009 ».
Lecture proposée en amont : un extrait de l'ouvrage en question.
 
Lundi 13 juin 2022, 10h-12h.
Séance animée par Paul-Emmanuel Babin (Université de Lille) sur le thème : « L’avocat Michèle Beauvillard et le collectif de la Fédération de France du FLN. Une défense sans distance, de l’avocat de militants à l’avocat militant pendant la guerre d’Algérie ».
Lecture proposée en amont : précisée ultérieurement. 

Téléchargez le programme