Partenaires

CNRS
 




Rechercher

Maison méditerranéenne des sciences de l'homme Iremam
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
Contact

Accueil > Activités de recherche > Pôle disciplinaire Sciences sociales du contemporain

Axe 3. Anthropologie économique et normes religieuses

Participants IREMAM : Florence Bergeaud-Blackler, Julien Giry, Gérard Groc, Nadjet Zouggar.

Cet axe concerne l’étude des relations triangulaires entre religieux, politique et économie. Il regroupe des recherches qui étudient les dynamiques normatives religieuses dans les « sociétés de marché » où l’économie est en partie « désincorporée » des relations sociales. La prise en compte de la dimension économique des pratiques religieuses d’une part, et de la dimension religieuse des pratiques économiques d’autre part, permet de remettre en question le paradigme dualiste de la sécularisation qui oppose politique et religieux (selon des modèles variés de « sortie » ou « retour » du religieux, post-sécularisation etc.). L’axe organise et favorise les recherches menées à partir de la circulation, de la commercialisation de « biens de croyance », matériels et immatériels, qui résistent aux analyses de l’économique classique, défient le droit et débordent le cadre sociologique devenu étroit de la « pratique religieuse ». Malgré la grande qualité des travaux d’anthropologie économique et de socio-économie, ceux-ci sont encore insuffisamment utilisés pour l’étude de l’économie islamique ou économie halal globalisée. L’objectif de cet axe d’anthropologie économique et religieuse est, en particulier, de comprendre comment s’articulent concrètement islam, normes et économie dans un monde globalisé.

Le programme MHALEC (financement Bureau des Cultes, Ministère de l’Intérieur 2016-2018) se donne pour objectif de faire le point sur la réalité économique, juridique et socioreligieuse du marché halal en France (et pour les aspects juridiques dans l’Union européenne). Ces analyses seront accompagnées d’une réflexion sur la façon de communiquer des connaissances qui permettent de maintenir un dialogue ouvert et constructif entre les différents acteurs du marché halal (incluant les consommateurs).

© Johan Fischer