Partenaires

CNRS
 



Rechercher



Maison méditerranéenne des sciences de l'homme Iremam
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
Contact

Accueil > Activités de recherche > Projets de recherche collaboratifs soutenus par LabexMed

Projet amorce OTTOMED (janvier 2018-juin 2019)

Caravansérail Buyuk Han à Nicosie (Chypre)


OTTOMED
Vestiges ottomans en Méditerranée : un patrimoine disputé



Vaste empire largement méditerranéen, l’Empire ottoman a cédé la place à une multitude d’Etats-nations, suscitant la question de la gestion d’un tel héritage en partage. Or, tant à l’échelle nationale, qu’aux niveaux communautaires (ethniques, religieux et/ou culturels), la disparition de l’Empire ottoman a engendré l’émergence de multiples discours mémoriels, qui entretiennent, à l’égard du passé ottoman, des relations complexes, voire conflictuelles. D’héritage en partage, le patrimoine ottoman prend des allures d’héritages disputés, dont les vestiges eux-mêmes ont longtemps souffert, dans leur mise en valeur (ou leur absence de mise en valeur).

Toutefois, les reconfigurations politiques et économiques régionales survenues au cours de cette dernière décennie, à l’échelle de la Méditerranée orientale et du Sud, ont impulsé une dynamique nouvelle à l’égard de ces héritages, dont il s’agit d’interroger les effets.

OTTOMED a pour ambition d’étudier la diversité des patrimoines matériels ottomans, dans leur(s) rapport(s) à la construction des discours mémoriels, à l’échelle méditerranéenne. Comment un héritage impérial, tel que celui du passé ottoman, s’inscrit, résiste, ou se dilue dans l’enchevêtrement de la construction des mémoires, tantôt nationales, tantôt ethniques, ou encore confessionnelles ? A quelles formes d’appropriations et de rejets est-il confronté ? En quoi le développement de nouvelles formes de mises en valeur, dans et hors les musées, à l’échelle d’une variété de « lieux de mémoire », modifie les discours mémoriels (et leur réception) ? Enfin, comment analyser l’impact, sur les pratiques culturelles et patrimoniales, de la pression croissante (et désormais incontournable, tout particulièrement au Moyen-Orient et au Maghreb) du secteur touristique ?

La promesse intellectuelle d’une telle réflexion nécessite l’intervention combinée de plusieurs approches disciplinaires (histoire, historiographies, muséologie, patrimoine, etc.). Pluridisciplinaire dans son approche, ce projet impose également une certaine forme de décentrement des méthodes de réflexion, afin d’établir un dialogue avec des acteurs extérieurs au monde universitaire scientifique, comme les institutions culturelles (les professionnels des musées, mais aussi les associations et fondations privées) et touristiques.

Enfin, interroger les appropriations du patrimoine ottoman, c’est poser la question de la nature même de la Méditerranée, de sa capacité à absorber et à partager des héritages communs en une multitude d’appropriations, cumulatives, plutôt que concurrentielles ; de son rapport délicat avec les constructions impériales – et leurs mémoires, toujours vivaces – dont le cas ottoman n’est qu’une expression.

Responsable : Juliette Dumas, Maîtresse de conférences en histoire ottomane AMU IREMAM.
Contact : juliette.dumas@univ-amu.fr

Laboratoires partenaires LabexMed : IDEMEC et IREMAM.

Institutions partenaires : IFEA (Institut Français d’Études Anatoliennes), IFAO (Institut Français d’Archéologie Orientale).

En savoir plus sur les projets en cours du LabexMed

Et retrouver les deux premières tables rondes organisées par Juliette Dumas dans le cadre du projet OTTOMED :

- Vendredi 13 avril 2018 :
Mise en tourisme des vestiges ottomans, d’hier à aujourd’hui : Arabie saoudite, Liban

- Vendredi 23 février 2018 :
Productions partagées, héritages disputés : la difficile reconnaissance du rôle des ’’minorités’’ grecques orthodoxes et arméniennes dans la production d’un patrimoine ottoman.